La promesse de l'autre

La promesse de l'autre


Jean-Louis Sanchez


Date de parution : Non indiqué
ISBN : 979-10-209-0065-4

17.00 €


Commander


Contre le refus de l'autre : la promesse de l'autre


Dorénavant s’affichent sans pudeur le refus de l’autre, l’obsession sécuritaire. Et le phénomène se banalise car la peur endurcit l’individualisme, stimule la violence, pervertit la démocratie.

Or, il est illusoire et dangereux de penser qu’il puisse y avoir de la sécurité sans altérité. Car une société désunie est une société désarmée.

C’est ce que rappelle dans son ouvrage, La promesse de l’autre, Jean-Louis Sanchez en s’appuyant sur son expérience d’observateur reconnue. Sa pugnacité l’avait déjà conduit à mobiliser les pouvoirs locaux sur le concept de Fraternité, pour aboutir à ce que cette démarche soit consacrée par le président de la République Grande cause nationale en 2004.

Dix ans après, il nous invite, à refuser la déliquescence suicidaire du vivre ensemble en transformant l’énergie du rejet en énergie du changement. Et c’est possible, car aux quatre coins de la France, se développent des initiatives particulièrement prometteuses, mais qui restent désespérément marginales, parce que méconnues.

L’auteur nous propose de s’inspirer de ces signes pour engager une véritable révolution qui fasse des habitants des citoyens impliqués, des retraités des acteurs éducatifs, des fonctionnaires des professionnels engagés, des gouvernants des dirigeants attentifs.

En somme, Jean-Louis Sanchez nous incite à bâtir un nouveau contrat social dont il propose non seulement les grandes lignes mais aussi les axes opérationnels. Avec le souci constant de restaurer la tradition démocratique de notre pays dans son aspiration la plus décisive : celle de mettre la liberté et l’égalité au service de la fraternité.

Une ambition qui requiert de profonds changements car le vivre ensemble ne se décrète pas, il nécessite le concours de chacun pour s’épanouir. Et c’est chose possible, car à un moment où tout vole en éclat, la promesse de l’autre n’obéit pas à une quête d’excellence, mais bien à une quête de survie.